Comprendre l’écriture japonaise en moins de 5min!

Vous voilà inscrit dans un cours de japonais suite à nos conseils! Quelle que soit l’école que vous avez choisie, l’une des premières choses que vous allez apprendre en japonais est l’écriture. Voici comment s’y retrouver rapidement et ne pas perdre pieds dés le début d’année.

1- Hiragana (平仮名)

Ce sont les premiers caractères que vous allez étudier. Il s’agit d’anciens caractères chinois qui ont été simplifiés à l’extrême pendant des siècles. Les caractères ont été établis selon des critères esthétiques, et ont longtemps été utilisés par les femmes, car l’apprentissage des caractères chinois était réservé aux hommes. Ainsi les hiragana sont parfois appelés onna-de (女手) ou écriture de femme. Les hiragana sont classés selon un tableau appelé syllabaire ou gojûon (五十音 – les cinquante sons). Les mots de base en japonais sont écrits en hiragana, ainsi que les mots de liaisons, les conjugaisons ou si vous ne connaissez pas un kanji (nous le verrons plus tard).

Il y a 46 caractères de base, puis des variantes. Avec l’ajout d’un dakuten, représentant deux petits traits à côté du caractère (゛) on transforme les sons suivants : k devient g, t devient d, s devient z et h devient b. Avec l’ajout d’un handakuten, représenté par un petit rond à côté du caractère (゜), c’est plus simple. C’est le son h qui devient p. On peut également associer plusieurs hiragana pour créer un nouveau son.

Hiragana

2- Katakana (片仮名)

Les katakana forment, avec les hiragana, ce qu’on appelle les kana. Avec ces deux syllabaires, vous pouvez tout écrire! Vous les apprendrez en même temps que les hiragana. Les katakana sont arrivés plus tard que les hiragana, et étaient utilisés pour faire des annotations sur les textes. Servant à retranscrire des termes scientifiques, ce syllabaire a longtemps été employé par les hommes exclusivement. Aujourd’hui, ce syllabaire permet d’écrire des mots d’origine étrangère, intégrés dans la langue japonaise, ou votre prénom!

Ces caractères sont beaucoup plus carrés que les hiragana et plus simples à écrire. Comme les hiragana, il y a 46 caractères, et on trouve des variantes avec un dakuten ou un handakuten. On peut aussi associer plusieurs katakana pour créer un nouveau son.

Katakana

3- Rōmaji (ローマ字)

Là, c’est le plus facile! C’est tout simplement notre écriture occidentale (dite romaine)! C’est le système utilisé pour retranscrire le son des kana au début de notre apprentissage du japonais. C’est également employé au Japon pour des noms, des logos, sur les cartes, sur les panneaux de signalisation. Les japonais doivent donc apprendre aussi à l’école notre écriture. Pour la retranscription des sons japonais, c’est la méthode Hepburn qui est la plus utilisée, même si officiellement, depuis 1994 c’est la méthode Kunrei qui doit être choisie. Les tableaux que vous avez précédemment utilisent la méthode Hepburn.

4- Kanji (漢字)

Là c’est le début du cauchemar dans l’apprentissage du japonais. Le kanji est le caractère chinois qui est gardé tel quel en japonais. Il faut respecter le nombre de traits, l’ordre d’écriture, apprendre les différentes prononciations possibles (bah oui, sinon ce serait trop facile!). En effet, un kanji peut se lire de plusieurs façons, cela dépends s’il est suivi par des hiragana ou par un autre kanji. Avoir fait du chinois ne vous aidera en rien pour la prononciation. Cela peut venir du chinois, cela ne se prononce pas du tout pareil. Vous serez avantagé par contre pour l’écriture.

Pour comprendre un journal japonais, il faut connaître environ 2.000 kanji. Un japonais ayant reçu une éducation de base en connaîtra 3.000. Avec du langage spécialisé, on monte facilement à 4.000 kanji. Sachez qu’un dictionnaire japonais comporte entre 10.000 et 50.000 kanji… oui vous êtes mal…et moi aussi.

L’apprentissage des kanji n’est pas toujours une priorité, vous ne les étudierez peut être pas tout de suite. Je n’en connais pour le moment qu’une centaine…autant dire que je ne peux rien lire sans furigana (des hiragana écrits en petit sur le kanji pour pouvoir le lire). Plus une publication vise un public adulte, plus il y aura de kanji. Les noms de famille japonais sont également en kanji.

Kanji

La route va être longue! Bon courage à tous!

Cinq adresses pour apprendre le japonais à Paris

Vous avez suivi nos conseils avant de commencer votre apprentissage du japonais, et maintenant vous voulez vous inscrire à un cours. Bravo à vous ! Mais cela va représenter un investissement en temps et en argent. Il faut donc bien choisir son cours. Voici la liste des lieux où vous pouvez apprendre le japonais dans de bonnes conditions dans Paris.

1- Cours pour adultes de la Mairie de Paris

Voici le bon plan pour ceux qui veulent se lancer dans des cours de japonais avec un petit budget. Les cours de la Mairie de Paris proposent un nombre important de cours de langue, dont le japonais. De grand débutant à plus expérimenté, il existe 4 niveaux différents. Pour moins de 200€ pour 1 année de cours (30 cours), avec 2h par semaine, vous aurez droit à des professeurs d’origine japonaise, et à la méthode Minna no Nihongo pour votre apprentissage.

Points forts: Prix imbattable, professeurs japonais, méthode Minna no Nihongo, niveau 4 spécial travail à l’oral
Points faibles: Faible prix donc beaucoup d’appelés et peu d’élus, la procédure d’inscription, peu de choix de cours, seul le 1er livre Minna ni Nihongo est étudié.

Cours Municipaux d’Adultes de la Mairie de Paris
École Élémentaire d’Argenteuil,
11 rue d’Argenteuil, dans le 1er.
Métro : Palais -Royal – Musée du Louvre (Lignes 1 et 7), Pyramides (Lignes 7 et 14)
www.cours-municipal-d-adultes-cma.cma-paris.org

2- A.A.A. – Associations des Amitiés Asiatiques

École installée dans le quartier japonais de Paris, cet institut d’enseignement privé a plusieurs atouts. Cette école propose des cours de japonais, de chinois et de coréen, mais elle accueille également des élèves asiatiques qui viennent apprendre le français. Ainsi des sessions de discussions entre élèves français et japonais sont régulièrement organisées. Les cours sont également très flexibles. Il y a beaucoup d’horaires proposés et on peut s’inscrire tout au long de l’année. Les cours durent 1h30 et des sessions de préparations au JLPT (l’équivalent en japonais du TOEFL) sont possibles.

Points forts: Professeurs japonais, méthode Minna no Nihongo, sessions de discussions avec des étudiants japonais, horaires flexibles, préparations au JLPT, peu d’élèves par classe
Points faibles: Il y avait des cours de calligraphies, mais ils ont été supprimés cette année, le prix.

A.A.A.
21, rue d’Antin, dans le 2e.
Métro : Auber-Opéra (RER A, Lignes 3, 7 et 8) Quatre-Septembre (Ligne 3)
www.aaaparis.net

3- Espace Japon

Lieu culturel sur le thème du Japon, l’Espace Japon propose des cours pour absolument tous les niveaux : du grand débutant à l’expert. Autre avantage, le choix très important d’activités sur la thématique du Japon : cours de cuisine, expositions, ikebana… Les cours réguliers proposés durent 2h et peuvent être “achetés” sur le site. Un immense fond documentaire est accessible aux élèves gratuitement.

Points forts : Professeurs japonais, beaucoup d’activités annexes, peu d’élèves par classe, une bibliothèque est accessible gratuitement pour les élèves et aux extérieurs via une cotisation.
Points faibles : méthode maison, difficile de comparer avec des méthodes déjà bien éprouvées, et de s’adapter si on a commencer son apprentissage du japonais avec une autre méthode.

Espace Japon
12 rue de Nancy, dans le 10e.
Métro : Château d’Eau (Ligne 4), Jacques Bonsergent (Ligne 5), Gare de l’Est (Lignes 5, 4 et 7)
www.espacejapon.com

4- Maison de la culture du Japon à Paris

Institution la plus connue dans Paris, la Maison de la culture propose des cours de japonais d’une durée d’1h30. Les sessions se font par bloc de niveau, et vont du grand débutant au niveau intermédiaire. Les inscriptions se font longtemps à l’avance. Les cours se font par cycle de 3 mois, de septembre à juin. La Maison de la culture propose énormément d’activités annexes.

Points forts : Professeurs japonais, beaucoup d’activités annexes, peu d’élèves par classe, utilisation de la méthode JF Standard
Points faibles : prix, cours par cycle de 3 mois

Maison de la culture du Japon à Paris
101 bis, quai Branly, dans le 15e.
Métro : Bir-Hakeim (Ligne 6), Champ de Mars – Tour Eiffel (RER C)
fr.coursjaponais.org

5- Inalco

L’Inalco, connu également sous le nom Langues O’, est le cursus universitaire classique.Vous pouvez suivre les cours en formation initiale, ou en formation continue avec des cours du soir. En étant élève de l’Inalco, vous avez accès à des cycles de conférences culturelles. Les prix sont attractifs et vous pouvez aussi demander à financer vos cours via votre DIF (Droit Individuel à la Formation) en tant que professionnel. Dans ce cas, les cours sont avec un plus faible nombre d’élèves.

Points forts : Cursus universitaire, prix, cours de civilisation, possibilité d’un cursus en formation continue, centre organisant le JLPT
Points faibles : cours assez lourd (un tome de Minna no Nihongo étudié par an), énormément d’élèves (amphi) dans la formation initiale

Institut National des Langues et Civilisations Orientales
65 rue des Grands Moulin, dans le 13e.
Métro : Bibliothèque François Mitterrand (Ligne 14 ou RER C)
www.inalco.fr

A vous maintenant de choisir le cours qui vous convient le mieux !

Les 5 choses fondamentales à savoir avant de se lancer dans l’apprentissage du japonais!

Vous êtes un vrai passionné du Japon! De vrais otakus pour certains d’entre vous! Mais là cela devient sérieux. Pour parfaire votre culture nippone, vous voulez vous lancer dans l’apprentissage du japonais…et là je dis: STOOOPPP! C’est bien beau de vouloir vous lancer dans l’apprentissage de cette magnifique langue mais voici les 5 choses impératives à savoir avant de vous lancer dans l’aventure:

Vous allez devoir en lire, des livres!

1- Le japonais est une langue difficile

Oui, je suis d’accord, c’est d’une banalité! Mais le problème c’est que comme 90% des gens vous avez appris comme langue à l’école l’anglais, l’allemand, l’espagnol, ou l’italien…Or le japonais est une langue qui ne fonctionne absolument pas comme nos langues européennes. Les logiques de constructions de phrases sont inversées, compter se fait de façon très spécifique, le vocabulaire est difficile à retenir car rempli d’homonymes, les degrés de politesse sont très importants…bref, vous n’aurez aucun élément de comparaison pour vous aider dans votre apprentissage. Vous allez devoir apprendre “autrement”.

2- Lorsque vous allez commencer, vous vous sentirez comme un élève de CP

Effectivement, on commence une langue comme l’anglais ou l’allemand, même si on ne comprend rien, au moins on peut lire et écrire. Point de tout cela en japonais! Vous vous retrouvez comme à l’âge de 6 ans, ne pouvant ni lire, ni écrire quoi que ce soit. Vous devez démarrer votre initiation au zéro absolu! C’est frustrant au départ mais quel plaisir ensuite de pouvoir lire hiragana et katakana (les deux syllabaires de bases appelés kana)! Malheureusement ce sentiment réapparait lorsqu’on commence à introduire les kanji (termes chinois), là on repart à la case départ…et là ce n’est pas 214 caractères à apprendre (liste complète des kanas, toute variante confondue) mais 2141 kanji à apprendre (pas de chance…il y a 3 ans..il n’y en avait “que” 1945). Bref, votre apprentissage de la lecture/écriture va durer des années.

3- Il est illusoire de vouloir apprendre cette langue seulement avec des méthodes “à la maison”

On ne compte plus le nombre d’otakus ou juste d’amoureux des langues à vouloir se lancer dans l’apprentissage du japonais avec des méthodes “à la maison” avec livres d’exercices, CD audio ou cours à distance. Je vous le dis tout net, il est totalement illusoire de vouloir apprendre une langue aussi complexe seul. Ces méthodes peuvent être un complément ou une méthode de révision tout à fait acceptable, mais la complexité de langue nécessite réellement l’aide d’un professeur au départ. On oubliera pas non plus la volonté de fer qu’il faudra avoir pour s’astreindre tous les soirs ou même une seule fois par semaine pour faire exercices et récitation de leçon. Je ne dis pas que cela n’est pas impossible, mais j’en ai vu plus d’un se lancer avec la meilleure volonté du monde et finir par abandonner après quelques semaines. Ne tombez pas dans ce piège!

4- Vous ne pourrez pas apprendre le japonais juste en regardant des animes et en lisant des mangas en VO

Vous êtes fou d’anime et de manga, et vous êtes prêts à tenter les VO. Problème: vous ne pouvez pas apprendre le japonais juste en lisant des mangas et en regardant des animes. Je le déconseille même fortement! Pourquoi? Pour une raison toute simple. Si vous apprenez le japonais sérieusement avec un professeur, vous apprendrez tout d’abord la langue à la forme “polie” de base, c’est-à-dire du vocabulaire et des formes grammaticales que vous pouvez utiliser avec tout le monde. Si vous utilisez animes et mangas, les personnages s’exprimeront et les situations seront majoritairement écrits à la forme  “neutre”, style qu’on utilise qu’avec des amis proches ou la famille. Bref si vous vous adressez à un japonais pour la première fois en style “neutre” au mieux vous passez pour un gros mal poli (on a pas gardé les vaches ensemble que je sache!) au pire vous allez vexer, voir choquer votre interlocuteur (même si on ne vous le dira pas…pour un japonais cela ne se fait pas!). Je garderai toujours en tête cette histoire racontée par une de mes professeurs qui a eu pour élève un jeune homme ayant appris le japonais en lisant les City Hunter (Nicky Larson en VF). Horreur quand il a ouvert la bouche! Son langage était fort peu châtié et il parlait comme un yakuza…de quoi faire fuir n’importe quel japonais! Alors rendez-vous service…gardez les manga et les anime pour plus tard quand vous aurez maîtrisé les degrés de politesse!

5- Cela va être long, coûteux et vous avez intérêt à avoir déjà un bon niveau d’anglais si vous voulez avoir un excellent niveau de japonais

Vu la complexité de la langue, oui votre apprentissage va être long, et coûteux …forcément…entre les livres, dictionnaires et les cours avec un professeur. Et passer un certain niveau (élevé il est vrai), vous aurez du mal à trouver de bons livres d’apprentissage du japonais en langue de Molière. Et oui! L’anglais sera peut être nécessaire pour les plus studieux d’entre vous car les meilleurs dictionnaires et méthodes n’existent parfois qu’en anglais. Mais je vous rassure, on commence à trouver de plus en plus d’ excellentes méthodes en français! Ne désespérez pas!

Alors avec tout ça, vous allez me dire: “Mais elle veut pas que je me lance en japonais celle là”! Que nenni! Le japonais est une langue fantastique et je ne peux que vous conseiller de vous lancer si vous aimez le Japon. De nouvelles perspectives vont s’ouvrir à vous et cette langue vous fera comprendre énormément de choses sur le mode de pensée japonais. Suivez donc mes conseils, évitez les pièges cités plus haut et je vous assure que vous ne regretterez pas de vous être lancé!