Les 3 meilleures adresses pour acheter son matériel à bento

La semaine dernière, je vous parlais de restaurants où déguster d’excellents bento dans Paris. Cela vous a plu et vous désirez directement vous y mettre ? Excellente idée, mais il vous faut le bon matériel. Voici mes 3 adresses préférées pour se fournir en matériel pour bento. A vous les belles boites, les moules rigolos et autres ustensiles trop kawaii !

 

1-Manga Café V2 – le plus grand choix de bento

Voici pour moi la meilleure adresse sur Paris. Prix dans la norme, énorme choix de boites et d’ustensiles pour concevoir vos bentos, matériel de cuisine et livres de recettes. A ma connaissance, c’est la boutique qui propose le plus grand choix de matériel pour bento sur Paris.  C’est également une bonne adresse pour lire des mangas à l’heure, se fournir en bonbons japonais ou en matériel si vous êtes apprenti mangaka. Excellente nouvelle également, la boutique est ouverte l’après-midi le dimanche et les jours fériés.

Manga Café V2
9 rue Primo Levi, dans le 13e à Paris
Métro : Bibliothèque François Mitterand (Lignes RER C ou 14)
En semaine de 10h30 à 20h00
Le week-end et jour férié de 14h00 à 20h00

2-Komikku – les bento made in France

 

Voici une adresse que j’apprécie beaucoup. Kimokku est d’abord une librairie et une maison d’édition qui propose une très belle sélection de manga, mais également des livres en rapports avec le Japon, dont la cuisine pour bento bien sûr. La boutique a également un petit rayon bento avec des produits majoritairement de la marque Mon Bento (marque française de bento sans BPA et personnalisable).

Komikku
61, rue des Petits-Champs, dans le 1er à Paris
Métro : Pyramides (Lignes 7 ou 14)
Du mardi au samedi de 10h30 à 20h00
Le dimanche et le lundi de 12h30 à 19h00

3-Bento&Co – le bento sur le web

Pas sur Paris ? Aucun problème ! Voici un site web pour trouver votre bonheur, même si vous n’êtes pas sur la capitale. A la base, Bento&Co a une boutique directement à Kyôto, mais à développer un superbe site web entièrement en français ! Vous y trouverez absolument tout : des boite à bento, des moules, des gourdes, des plats spéciaux pour les soupes, de la vaisselle, des furoshiki pour emballer vos créations, des friandises et même un rayon papeterie. Le choix est  impressionnant et il est impossible de ne pas trouver la boite à bento de vos rêves !

Bento&co  : https://www.bentoandco.com/

Bon shopping de bento !

Les 3 meilleurs restaurants à bento de Paris

Les bento reviennent à la mode en ce moment ! Sains, pratiques, délicieux, cette boite à repas devient de plus en plus populaire dans Paris ! Vous n’êtes pas doué en cuisine et vous voulez en savourer ? Voici mes 3 adresses préférées pour déguster de délicieux bento ! C’est parti pour le top 3 !

1- Jujiya

Voici une adresse incontournable pour manger le vrai bento japonais ! Jujiya est une véritable institution dans le quartier. Vous pouvez choisir différents types de bentos, même végétarien, avec plusieurs types d’accompagnements comme des légumes marinés (tsukemono – 漬物), la fameuse salade de pomme de terre japonaise (délicieuse !), du tofu, des nouilles, du riz, des légumes cuisinés…le choix ne manque pas. Vous pouvez prendre à emporter, ou manger dans la salle mise à disposition à l’arrière de la boutique. Gros plus du lieux, vous avez pour chaque plat le détails de tous les allergènes contenus dans tous les préparations. Une excellente initiative !

Jujiya
46 rue  Ste-Anne, dans le 2e à Paris
Métro : Pyramides (Lignes 7 ou 14) ou 4 Septembre (Ligne 3)
Du lundi au samedi de 10h00 à 22h00
Dimanche et jour férié de 10h00 à 21h00
http://www.otodoke.fr/ 

2- Neo Bento

Ma découverte du week end dernier ! Voici une très bonne adresse  avec également une sélection de bento végétariens. Deux restaurants ont ouvert avec chacun un menu différent. On y trouve également une sélection de boissons à base de matcha, de thé japonais, et deux types de thé à volonté. Les desserts valent également le détour avec un excellent tiramisu au matcha ultra léger. J’ai particulièrement apprécié la purée de patates douces et l’oshinko (御新香 – légumes marinés). Vous pouvez passer sur leur page Facebook pour avoir accès au menu qui change toutes les semaines.

NeoBento – Poissonnière
58, rue du Faubourg Poissonnière, dans le 10e à Paris
Métro : Poissonnière (Ligne 7)
Du lundi au samedi de 9h00 à 18h00
http://neobento.com/

NeoBento – Marais
5, rue des Filles du Calvaire, dans le 3e à Paris
Métro : Filles du Calvaire (Ligne 8)
Du lundi au samedi de 12h00 à 18h00
Le dimanche de 12h00 à 16h30
http://neobento.com/

3- Nanashi

Voici une adresse que j’ai testé il y a quelque temps, mais que j’ai hâte de refaire ! Il s’agit d’une adresse de bento healthy, avec une touche japonisante dans les plats. Les portions sont assez light, je ne conseillerai donc pas à de gros mangeurs, mais pour les petits appétits comme moi, c’est parfait en terme de quantité. J’y ai goûté un délicieux dessert à base de sésame noir et un jus banane-matcha à tomber. Il existe également deux restaurants, assez prisés à la pause déjeuner. Pensez à venir en horaires décalés !

Nanashi – Charlot
57 rue Charlot, dans le 3e à Paris
Métro : Filles du Calvaire (Ligne 8)
Du lundi au mercredi de 12h00 à 15h00 & de 20h00 à 23h00
Le jeudi et le vendredi de 12h00 à 15h00 & de 19h30 à 23h00
Le week-end de 12h à 16h00 et de 19h30 à 23h00
http://nanashi.fr

Nanashi – Paradis
31 rue de Paradis, dans le 10e à Paris
Métro : Poissonnière (Ligne 7)
En semaine de 12h00 à 15h00 & de 19h30 à 23h00
Le samedi de 12h00 à 16h00 & de 19h30 à 23h00
Le dimanche de 12h00 à 16h00
http://nanashi.fr

Bon appétit !

頂きます/いただきます/Itadakimasu

Yuri on Ice en live !

L’année 2016 a vu arriver sur les écrans japonais une série dont je suis assez fan : Yuri!!! on Ice (ユーリ!!! on ICE). Il s’agit d’une série sur le patinage artistique qui se concentre surtout sur la relation (très ambiguë) entre Katsuki Yūri (勝生 勇利) le patineur professionnel et son coach Victor Nikiforov.

La série a remporté énormément de prix, que ce soit sur la qualité de l’animation, le traitement de la relation entre les deux personnages principaux, ou pour son excellente musique. Mais qui dit patinage, dit chorégraphies ! Patton Chen, un patineur professionnel chinois, a reproduit le programme “In regards to Love: Eros” de Yūri. Cette vidéo est impressionnante, et permet de comparer  sa prestation avec la chorégraphie passant dans la série (et avec le making off et le bêtisier à la fin 🙂 )

ENJOY !

J’ai fait pour vous l’exposition Kimono – Au Bonheur des Dames au Musée Guimet

Cela faisait longtemps que je voulais aller au Musée Guimet et une occasion unique s’est présentée. Je suis allée à l’exposition Kimono – Aux Bonheur des Dames dont j’ai déjà parlé sur la Newsletter. Voici le bilan de ma visite.

Exposition au Musée Guimet jusqu’au 22 mai 2017

La première partie de l’exposition se concentre sur les kimonos anciens et le kosode (小袖 – ancêtre du kimono porté pendant l’ère Edo). J’étais assez surprise par la finesse des tissus (en terme d’épaisseur). Il faut savoir que la confection de kimono était très réglementée sur les étapes de fabrication, mais une grande liberté était laissée sur les matériaux. L’exposition propose donc des kimono en soie bien sûr, mais aussi en lin, en ramie, en coton ou en chanvre. Surprenant !

Kimono reprenant le motif d’une peinture.

 

Les motifs d’un kimono et la méthode utilisée dépends du statut social de celle ou de celui qui le porte.

 

Ce kimono extrêmement précieux aurait appartenu à une dame de haut rang. Nous pouvons le devinez à partir du tissu utilisé ou de la qualité des broderies cousues de fils d’or.

 

Les motifs utilisés représentent souvent des éléments de la nature comme les fleurs, les arbres ou les animaux.

Une autre partie de l’exposition est consacrée au kimono de mariage. C’est un événement important dans la vie de la femme japonaise, les objets et vêtements prévus pour l’occasion sont donc somptueux. Ils doivent refléter le pouvoir et l’influence de la famille de la mariée. C’est ma section préférée de l’exposition.

Voici un trousseau de mariée, appelé konrei dogu. Ici on retrouve une boite à maquillage, un plateau de jeu à encens, une coiffeuse, des boites à bijoux mais aussi un objet permettant de parfumer le kimono ! Tout est en laque noir et or avec un kamon (家紋 – sceau familiale) représentant les deux familles.

 

Pour le kimono de mariage, on utilise le blanc, le rouge, le bleu ou le noir (couleurs n’ayant pas du tout la même signification qu’en Europe). On rajoute ensuite des motifs porte-bonheur comme le prunier, le pin, le bambou, la grue, ou la tortue.

La partie suivante propose une série d’accessoires liés au kimono, comme les obi (帯) qui servent à fermer le kimono, ou des décorations pour les cheveux.

Des kushi (櫛 – peigne) pour mettre dans les cheveux. Pendant longtemps, la japonaise avait les cheveux lâchés. Puis les coiffures sophistiquées sont devenues à la mode, avec chignons et décorations dans la chevelure.

 

L’exposition propose aussi une très belle collection de piques à cheveux.

L’exposition se termine avec une projection que je conseille très fortement, des créations de la mode contemporaine inspirée du kimono, et le mouvement du japonisme en Europe. Nous avons droit à des vêtements des collections Kenzo ou même Yves Saint Laurent.

Manteaux inspirés du kimono de chez Kenzo

Vous n’avez ici qu’une toute petite partie de tous les kimono présentés. L’exposition est très instructive et les pièces superbes. Vous devez compter 1h00 à 1h30 pour faire toute l’exposition sans rien oublier.  J’ai beaucoup aimé la zone mariage et accessoires. Victime de son succès, le livre retraçant l’exposition était en rupture de stock à la boutique du musée (qui mérite aussi le détour). Vous pouvez cependant commandé le livre via le musée, et le recevoir directement chez vous si vous désirez.

Une exposition à ne pas manquer !

Les déboires de l’étudiant préparant le JLPT

Le JLPT (Japanese Language Proficiency Test ou Nihongo nōryoku shiken en japonais – 日本語能力試験),  est le diplôme permettant à des personnes, dont le japonais n’est pas la langue maternelle, de justifier d’un niveau en japonais. C’est un peu l’équivalent du TOEFL qui existe pour l’anglais, sauf que pour le JLPT votre diplôme est valable à vie. Lorsque j’ai commencé mon apprentissage du japonais (dont vous avez le détail ici), je savais déjà que je voulais passer les examens pour que tous ces efforts soient reconnus.

 

1- A quoi correspondent les niveaux du JLPT ?

Le JLPT va du niveau 5 au niveau 1, qui est le diplôme le plus difficile. Le N5 correspond au niveau “survie”: vous pouvez vous présenter, demander votre chemin, commander dans un restaurant ou dire si quelque chose ne va pas. Cela équivaut au livre Minna no Nihongo jusqu’à la leçon 25.

Le N4 est un niveau élémentaire. Vous pouvez exprimer quelques nuances, parler de votre travail, de vos loisirs, de décrire des scènes de la vie courante et parler des sujets usuels. Cela correspond au Minna no Nihongo jusqu’à la leçon 50. C’est le dernier niveau que j’ai tenté.

Le niveau N3 est un niveau où vous êtes totalement à l’aise en japonais dans la vie quotidienne. Vous pouvez commencer à lire des journaux ou à suivre des conversations sur des sujets spécifiques. Vous pouvez également suivre des conversations avec des natifs à la même vitesse qu’eux. C’est mon objectif premier. Je pense que cela correspond à la leçon 25 du Minna no Nihongo Intermediate 1.

Si je suis assez motivée, j’aimerai passer le N2. Il s’agit d’un  excellent niveau de japonais qui vous permet de vivre et de travailler sur place. C’est souvent ce niveau qui est demandé si vous désirez travailler au Japon. Un jour peut être. Je pense que cela correspond à la leçon 50 du Minna no Nihongo Intermediate 2.

Enfin le niveau N1 est un diplôme qui est réputé extrêmement difficile, surtout à cause de ses kanji (rares ou anciens). C’est le niveau nécessaire pour faire des études universitaires au Japon. Peu de français tentent ce niveau, il est majoritairement passé par des élèves chinois ou coréens. Je ne pense pas que j’irai jusqu’à ce niveau, à moins que je ne vive au Japon.

2- L’angoisse du premier diplôme :  le JLPT N5

J’avoue avoir attendu longtemps avant de passer le JLPT N5. J’aurais pu le passer dés mon passage de la leçon 25 du premier livre Minna no Nihongo. J’ai préféré attendre, ne sentant pas mon niveau suffisant. Au final j’avais déjà 4 ans de japonais derrière moi lorsque j’ai passé l’examen (j’ai commencé le japonais en septembre 2009). Cela peut paraître beaucoup, mais en cours du soir, avec seulement 1h30 de cours par semaine, sans vraiment d’occasion de le pratiquer, cela n’est pas énorme.

Comme c’était ma première inscription, j’étais assez inquiète du système d’inscription assez strict. Un rien pouvait invalider mon dossier. Il fallait respecter les dates, un formulaire pas très explicite, un suivi par mail, l’impression d’un document et surtout suivre à la lettre les règles des épreuves (pour tout savoir sur les inscriptions, vous pouvez relire mes articles ici et ).

Au final mon inscription s’est bien passée et j’ai pu passer mon examen en décembre 2013. J’étais assez surprise car le JLPT est un QCM et il n’y a aucune épreuve d’oral ! Curieux pour un test de langue. Le JLPT est un diplôme de bachotage. Vous pouvez très bien passer les niveaux, mais ne pas pouvoir vous exprimer à l’oral, et inversement ! Mais quel bonheur quand j’ai eu mes résultats en février 2014. 20 ans après avoir commencer à m’intéresser au Japon, j’avais mon premier diplôme officiel !

3- La douche froide : le JLPT N4

La suite logique était la préparation du JLPT N4. J’ai attendu 3 ans supplémentaires pour tenter l’examen (avec 1an d’arrêt). Malheureusement, je n’avais pas fait tout le programme (les 50 leçons du Minna no Nihongo).  Mon professeur m’avait rassurée et m’avais conseillée de le tenter quand même. Pour mettre toutes les chances de mon côté, j’ai voulu suivre les cours intensifs pendant l’été (2h par jour, tous les jours pendant 2 semaines). Il suffit de 5 élèves pour ouvrir une classe. Mais j’arrive à un niveau où il devient difficile de trouver des élèves, beaucoup abandonnant en cours de route, vu la complexité de la langue. La classe n’a jamais été ouverte.

Pas de panique, je devrais pouvoir m’inscrire à la classe ouverte à partir d’octobre pour se préparer à l’examen. Je continuais bien sûr les cours habituels à côté. Mais même chose ! Pas assez d’élèves de mon niveau pour ouvrir une classe ! Mon inscription à l’examen était faite, plus le choix. J’ai donc dû réviser seule l’examen, sans avoir vu tout le programme. Heureusement mon professeur me donnait des exercices en plus, et me corrigeait des copies de préparation à l’examen pour m’aider…J’ai beaucoup travaillé, à en être dégoûtée, à se demander ce qui m’avait pris de me lancer dans l’apprentissage d’une langue aussi dure. Pour finaliser mes révisions, j’avais poser une semaine de congés, où je faisais 6 à 8h de japonais par jour.

Cela n’a malheureusement pas suffit. J’ai loupé de 8points mon JLPT N4. C’est suffisant pour se dire que je ne suis pas très loin et ne pas être trop déçue. Mais quelle claque ! C’était la première fois que je n’avais pas un examen du 1er coup, et c’était sur du japonais ! J’aurais dû faire comme le JLPT N5, et attendre d’avoir largement dépassé la leçon 50 pour le passer. Je n’ai pas été aidée par l’annulation des différentes classes. Cependant je ne regrette pas mon choix : j’ai beaucoup travaillé et mon professeur a bien noté mon avancé sur le reste de la classe. Ce n’est pas du travail perdu. J’ai aussi pu passer cet examen sans stress , en me disant que c’était un examen blanc pour me préparer. Cela m’a coûté le prix de l’examen et les livres associés, mais ce n’est pas bien grave.

4- Et la suite ?

Suite à cet échec, je comptais faire un voyage au Japon en immersion et avec cours pour le passer en juin, mais après réflexion, cela me parait prématuré. Déjà le prix est conséquent, et ensuite il faut du temps.  Laisser ma famille seule pendant 2 à 3 semaines ne m’enchante pas, plus pour eux que pour moi. Je dois encore décidé du délai sous lequel je veux passer l’examen.

Je pense déjà reprendre ma méthode précédente, faire le programme des 50 leçons pour ne faire aucune impasse, et surtout changer d’école en septembre. Malgré mon excellente professeur, la suppression de 2 classes, qui auraient pu faire la différence, m’a beaucoup déçue. Je compte donc passer chez Tenri, où des examens de validation de niveau sont fait tous les 6 mois. Ils font également des cours intensifs d’été que je compte bien tester,  ainsi que des classes de préparation au JLPT.

Mon apprentissage continue !

Et vous ? Avez-vous passé le JLPT ?