Aoi Honô : le drama pour les fans d’animation

Aoi Honô (アオイホノオ, “Flammes bleues”) est un drama (série télévisée) diffusé sur TV Tôkyô entre juillet et septembre 2014.

Aoi Honô

En 11 épisodes d’une trentaine de minutes chacun, cette série raconte les tribulations de Honô Moyuru, un étudiant à l’Université des Arts d’Ôsaka. Nous sommes en 1980, Gundam et les œuvres de Matsumoto Leiji triomphent au petit comme au grand écran, un certain Miyazaki Hayao commence à faire parler de lui, et des artistes comme Adachi Mitsuru, Takahashi Rumiko et Otomo Katsuhiro se font un nom dans les pages des magazines de mangas.

Suivant un cursus en cinéma et animation, Moyuru s’imagine déjà une carrière similaire à celle des dieux de l’animation dont il admire les travaux à la télévision. Mais il va vite découvrir que la concurrence va être rude : il est dans la même classe que les futurs fondateurs des studios GAINAX et BONES…

Aoi Honô est l’adaptation du manga éponyme de Shimamoto Kazuhiko, commencé en 2007 dans les magazines de l’éditeur Shogakukan. Il s’agit d’une œuvre semi-autobiographique, retraçant avec autodérision et tendresse une période de créativité exacerbée où la nouvelle garde de l’animation japonaise fourbissait ses armes… Il est amusant de noter qu’un des premiers mangas de Shimamoto, Honô no Tenkôsei (炎の転校生), a justement été adapté en animation par GAINAX en 1991.

Aoi Honô 2

Projets de fin d’année mouvementés, rivalités, romances, voyages à Tôkyô pour démarcher les éditeurs… Ce sont autant de tranches de vie que Aoi Honô propose de revivre, avec un ton drôle et décalé : ces jeunes gens talentueux s’avèrent un peu perchés, et se prennent souvent un peu trop au sérieux ! C’est ainsi que Moyuru hallucinera une visite du Capitaine Harlock (doublé pour l’occasion par son seiyû de l’époque, Inoue Makio) , ou qu’Anno piquera une colère en constatant que son court-métrage fait rire le public au lieu de l’émouvoir…

Incontournable pour tous les fans d’animation et de manga, Aoi Honô est une reconstitution irrésistible du milieu étudiant japonais du début des années quatre-vingt. Cerise sur le gateau, les vrais membres fondateurs de GAINAX font des apparitions caméo dans divers petits rôles. Il ne reste plus qu’à espérer que la série connaîtra une traduction et une sortie dans nos contrées…

Personnages principaux :

Honô Moyuru (Yagira Yûya) : le héros de la série, et alter-ego de l’auteur Shimamoto Kazuhiko. Arrogant et paresseux, il se croit un peu trop dans un manga shônen, et réagit aux évènements de façon souvent disproportionnée. Il a toutefois du talent, si seulement il arrêtait de se la jouer pour travailler sérieusement. Il voit en Anno Hideaki son plus grand rival, même si ce dernier n’a pas l’air de vraiment s’en préoccuper.

Morinaga Tonko (Yamamoto Mizuki) : Une amie de longue date de Moyuru et son principal soutien psychologique dans les coups durs. Moyuru en pince pour elle, mais est-ce réciproque ?

Tsuda Hiromi (Kuroshima Yuida) : Cette jeune fille ne connait pas grand chose à l’animation ou au manga, mais compense par un enthousiasme contagieux. Elle semble beaucoup apprécier Moyuru, mais celui-ci ne cesse de se montrer condescendant.

Anno Hideaki (Yasuda Ken) : futur co-fondateur de GAINAX et créateur de Neon Genesis Evangelion, Anno est un animateur doué mais socialement inepte. Sa personnalité intense et quelque peu monomaniaque le rend souvent involontairement drôle. C’est aussi un immense fan d’Ultraman, dont il connait les chorégraphies sur le bout des doigts. Pour lui, l’animation est une affaire sérieuse.

Yamaga Hiroyuki (Muro Tsuyoshi) : futur co-fondateur de GAINAX, Yamaga ne sait ni dessiner, ni animer. Mais il est capable de gérer et canaliser les personnalités extrêmes de ses camarades, Anno en tête. Il est obsédé par l’idée de ne plus jamais rater un repas.

Akai Takami (Muro Tsuyoshi) : le plus timide des futurs fondateurs de GAINAX, Akai a tendance à aller se cacher dans les placards lorsque la pression devient trop forte. Il a reconstitué un décor de Godzilla dans sa chambre et s’attèle à y tourner une séquence image par image…

Merci à Julien Pirou pour cet article !

Vous pouvez suivre Julien Pirou sur la chaîne Nolife, mais également sur son blog Triple 9 sur les œuvres du mangaka MATSUMOTO Leiji (松本 零士) que vous pouvez trouver ici ! N’hésitez pas à y faire un tour !

 

Matcha-et-Sakura

Bonjour à tous. Je m'appelle Sabine et ma passion du Japon a commencé en juillet 1993. Cela fait déjà 5 ans que j'étudie le japonais. J'ai créé ce blog pour vous faire partager mes bons plans, majoritairement sur Paris, étant parisienne pur jus, ainsi que pour répondre à toutes les questions que vous pouvez vous poser sur le Japon. Bonne lecture!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *