J’ai fait pour vous l’exposition Kimono – Au Bonheur des Dames au Musée Guimet

Cela faisait longtemps que je voulais aller au Musée Guimet et une occasion unique s’est présentée. Je suis allée à l’exposition Kimono – Aux Bonheur des Dames dont j’ai déjà parlé sur la Newsletter. Voici le bilan de ma visite.

Exposition au Musée Guimet jusqu’au 22 mai 2017

La première partie de l’exposition se concentre sur les kimonos anciens et le kosode (小袖 – ancêtre du kimono porté pendant l’ère Edo). J’étais assez surprise par la finesse des tissus (en terme d’épaisseur). Il faut savoir que la confection de kimono était très réglementée sur les étapes de fabrication, mais une grande liberté était laissée sur les matériaux. L’exposition propose donc des kimono en soie bien sûr, mais aussi en lin, en ramie, en coton ou en chanvre. Surprenant !

Kimono reprenant le motif d’une peinture.

 

Les motifs d’un kimono et la méthode utilisée dépends du statut social de celle ou de celui qui le porte.

 

Ce kimono extrêmement précieux aurait appartenu à une dame de haut rang. Nous pouvons le devinez à partir du tissu utilisé ou de la qualité des broderies cousues de fils d’or.

 

Les motifs utilisés représentent souvent des éléments de la nature comme les fleurs, les arbres ou les animaux.

Une autre partie de l’exposition est consacrée au kimono de mariage. C’est un événement important dans la vie de la femme japonaise, les objets et vêtements prévus pour l’occasion sont donc somptueux. Ils doivent refléter le pouvoir et l’influence de la famille de la mariée. C’est ma section préférée de l’exposition.

Voici un trousseau de mariée, appelé konrei dogu. Ici on retrouve une boite à maquillage, un plateau de jeu à encens, une coiffeuse, des boites à bijoux mais aussi un objet permettant de parfumer le kimono ! Tout est en laque noir et or avec un kamon (家紋 – sceau familiale) représentant les deux familles.

 

Pour le kimono de mariage, on utilise le blanc, le rouge, le bleu ou le noir (couleurs n’ayant pas du tout la même signification qu’en Europe). On rajoute ensuite des motifs porte-bonheur comme le prunier, le pin, le bambou, la grue, ou la tortue.

La partie suivante propose une série d’accessoires liés au kimono, comme les obi (帯) qui servent à fermer le kimono, ou des décorations pour les cheveux.

Des kushi (櫛 – peigne) pour mettre dans les cheveux. Pendant longtemps, la japonaise avait les cheveux lâchés. Puis les coiffures sophistiquées sont devenues à la mode, avec chignons et décorations dans la chevelure.

 

L’exposition propose aussi une très belle collection de piques à cheveux.

L’exposition se termine avec une projection que je conseille très fortement, des créations de la mode contemporaine inspirée du kimono, et le mouvement du japonisme en Europe. Nous avons droit à des vêtements des collections Kenzo ou même Yves Saint Laurent.

Manteaux inspirés du kimono de chez Kenzo

Vous n’avez ici qu’une toute petite partie de tous les kimono présentés. L’exposition est très instructive et les pièces superbes. Vous devez compter 1h00 à 1h30 pour faire toute l’exposition sans rien oublier.  J’ai beaucoup aimé la zone mariage et accessoires. Victime de son succès, le livre retraçant l’exposition était en rupture de stock à la boutique du musée (qui mérite aussi le détour). Vous pouvez cependant commandé le livre via le musée, et le recevoir directement chez vous si vous désirez.

Une exposition à ne pas manquer !

Matcha-et-Sakura

Bonjour à tous. Je m'appelle Sabine et ma passion du Japon a commencé en juillet 1993. Cela fait déjà 5 ans que j'étudie le japonais. J'ai créé ce blog pour vous faire partager mes bons plans, majoritairement sur Paris, étant parisienne pur jus, ainsi que pour répondre à toutes les questions que vous pouvez vous poser sur le Japon. Bonne lecture!

2 réponses à “J’ai fait pour vous l’exposition Kimono – Au Bonheur des Dames au Musée Guimet

  1. Oh que c’est beau !! Quelle finesse ! Je suis aussi très fan des piques à cheveux… Je n’ai pas eu l’occasion d’aller à Paris depuis longtemps, merci de nous permettre de découvrir tout de même cette expo 🙂 Bises. Elodie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *