Les déboires de l’étudiant préparant le JLPT

Le JLPT (Japanese Language Proficiency Test ou Nihongo nōryoku shiken en japonais – 日本語能力試験),  est le diplôme permettant à des personnes, dont le japonais n’est pas la langue maternelle, de justifier d’un niveau en japonais. C’est un peu l’équivalent du TOEFL qui existe pour l’anglais, sauf que pour le JLPT votre diplôme est valable à vie. Lorsque j’ai commencé mon apprentissage du japonais (dont vous avez le détail ici), je savais déjà que je voulais passer les examens pour que tous ces efforts soient reconnus.

 

1- A quoi correspondent les niveaux du JLPT ?

Le JLPT va du niveau 5 au niveau 1, qui est le diplôme le plus difficile. Le N5 correspond au niveau “survie”: vous pouvez vous présenter, demander votre chemin, commander dans un restaurant ou dire si quelque chose ne va pas. Cela équivaut au livre Minna no Nihongo jusqu’à la leçon 25.

Le N4 est un niveau élémentaire. Vous pouvez exprimer quelques nuances, parler de votre travail, de vos loisirs, de décrire des scènes de la vie courante et parler des sujets usuels. Cela correspond au Minna no Nihongo jusqu’à la leçon 50. C’est le dernier niveau que j’ai tenté.

Le niveau N3 est un niveau où vous êtes totalement à l’aise en japonais dans la vie quotidienne. Vous pouvez commencer à lire des journaux ou à suivre des conversations sur des sujets spécifiques. Vous pouvez également suivre des conversations avec des natifs à la même vitesse qu’eux. C’est mon objectif premier. Je pense que cela correspond à la leçon 25 du Minna no Nihongo Intermediate 1.

Si je suis assez motivée, j’aimerai passer le N2. Il s’agit d’un  excellent niveau de japonais qui vous permet de vivre et de travailler sur place. C’est souvent ce niveau qui est demandé si vous désirez travailler au Japon. Un jour peut être. Je pense que cela correspond à la leçon 50 du Minna no Nihongo Intermediate 2.

Enfin le niveau N1 est un diplôme qui est réputé extrêmement difficile, surtout à cause de ses kanji (rares ou anciens). C’est le niveau nécessaire pour faire des études universitaires au Japon. Peu de français tentent ce niveau, il est majoritairement passé par des élèves chinois ou coréens. Je ne pense pas que j’irai jusqu’à ce niveau, à moins que je ne vive au Japon.

2- L’angoisse du premier diplôme :  le JLPT N5

J’avoue avoir attendu longtemps avant de passer le JLPT N5. J’aurais pu le passer dés mon passage de la leçon 25 du premier livre Minna no Nihongo. J’ai préféré attendre, ne sentant pas mon niveau suffisant. Au final j’avais déjà 4 ans de japonais derrière moi lorsque j’ai passé l’examen (j’ai commencé le japonais en septembre 2009). Cela peut paraître beaucoup, mais en cours du soir, avec seulement 1h30 de cours par semaine, sans vraiment d’occasion de le pratiquer, cela n’est pas énorme.

Comme c’était ma première inscription, j’étais assez inquiète du système d’inscription assez strict. Un rien pouvait invalider mon dossier. Il fallait respecter les dates, un formulaire pas très explicite, un suivi par mail, l’impression d’un document et surtout suivre à la lettre les règles des épreuves (pour tout savoir sur les inscriptions, vous pouvez relire mes articles ici et ).

Au final mon inscription s’est bien passée et j’ai pu passer mon examen en décembre 2013. J’étais assez surprise car le JLPT est un QCM et il n’y a aucune épreuve d’oral ! Curieux pour un test de langue. Le JLPT est un diplôme de bachotage. Vous pouvez très bien passer les niveaux, mais ne pas pouvoir vous exprimer à l’oral, et inversement ! Mais quel bonheur quand j’ai eu mes résultats en février 2014. 20 ans après avoir commencer à m’intéresser au Japon, j’avais mon premier diplôme officiel !

3- La douche froide : le JLPT N4

La suite logique était la préparation du JLPT N4. J’ai attendu 3 ans supplémentaires pour tenter l’examen (avec 1an d’arrêt). Malheureusement, je n’avais pas fait tout le programme (les 50 leçons du Minna no Nihongo).  Mon professeur m’avait rassurée et m’avais conseillée de le tenter quand même. Pour mettre toutes les chances de mon côté, j’ai voulu suivre les cours intensifs pendant l’été (2h par jour, tous les jours pendant 2 semaines). Il suffit de 5 élèves pour ouvrir une classe. Mais j’arrive à un niveau où il devient difficile de trouver des élèves, beaucoup abandonnant en cours de route, vu la complexité de la langue. La classe n’a jamais été ouverte.

Pas de panique, je devrais pouvoir m’inscrire à la classe ouverte à partir d’octobre pour se préparer à l’examen. Je continuais bien sûr les cours habituels à côté. Mais même chose ! Pas assez d’élèves de mon niveau pour ouvrir une classe ! Mon inscription à l’examen était faite, plus le choix. J’ai donc dû réviser seule l’examen, sans avoir vu tout le programme. Heureusement mon professeur me donnait des exercices en plus, et me corrigeait des copies de préparation à l’examen pour m’aider…J’ai beaucoup travaillé, à en être dégoûtée, à se demander ce qui m’avait pris de me lancer dans l’apprentissage d’une langue aussi dure. Pour finaliser mes révisions, j’avais poser une semaine de congés, où je faisais 6 à 8h de japonais par jour.

Cela n’a malheureusement pas suffit. J’ai loupé de 8points mon JLPT N4. C’est suffisant pour se dire que je ne suis pas très loin et ne pas être trop déçue. Mais quelle claque ! C’était la première fois que je n’avais pas un examen du 1er coup, et c’était sur du japonais ! J’aurais dû faire comme le JLPT N5, et attendre d’avoir largement dépassé la leçon 50 pour le passer. Je n’ai pas été aidée par l’annulation des différentes classes. Cependant je ne regrette pas mon choix : j’ai beaucoup travaillé et mon professeur a bien noté mon avancé sur le reste de la classe. Ce n’est pas du travail perdu. J’ai aussi pu passer cet examen sans stress , en me disant que c’était un examen blanc pour me préparer. Cela m’a coûté le prix de l’examen et les livres associés, mais ce n’est pas bien grave.

4- Et la suite ?

Suite à cet échec, je comptais faire un voyage au Japon en immersion et avec cours pour le passer en juin, mais après réflexion, cela me parait prématuré. Déjà le prix est conséquent, et ensuite il faut du temps.  Laisser ma famille seule pendant 2 à 3 semaines ne m’enchante pas, plus pour eux que pour moi. Je dois encore décidé du délai sous lequel je veux passer l’examen.

Je pense déjà reprendre ma méthode précédente, faire le programme des 50 leçons pour ne faire aucune impasse, et surtout changer d’école en septembre. Malgré mon excellente professeur, la suppression de 2 classes, qui auraient pu faire la différence, m’a beaucoup déçue. Je compte donc passer chez Tenri, où des examens de validation de niveau sont fait tous les 6 mois. Ils font également des cours intensifs d’été que je compte bien tester,  ainsi que des classes de préparation au JLPT.

Mon apprentissage continue !

Et vous ? Avez-vous passé le JLPT ?

Matcha-et-Sakura

Bonjour à tous. Je m'appelle Sabine et ma passion du Japon a commencé en juillet 1993. Cela fait déjà 5 ans que j'étudie le japonais. J'ai créé ce blog pour vous faire partager mes bons plans, majoritairement sur Paris, étant parisienne pur jus, ainsi que pour répondre à toutes les questions que vous pouvez vous poser sur le Japon. Bonne lecture!

One thought to “Les déboires de l’étudiant préparant le JLPT”

  1. Je n’ai jamais tenté le JLPT mais j’aurai bien aimé. J’ai pris des cours du soir en japonais pendant un an, mais ensuite j’ai eu mes enfants du coup difficile de trouver le temps. Mais j’aimerai bien reprendre l’apprentissage de la langue. Du coup, voyage de 2 semaines en prévision avec toute la petite famille l’an prochain au pays du soleil levant 😉

    En tous cas, 4 points c’est vraiment tout proche, la prochaine fois sera la bonne !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *