La Cérémonie du Thé de MORISHITA Noriko

Il existe tellement de livres sur le Japon, qu’il est parfois un peu difficile de s’y trouver.

Je lance donc cette nouvelle rubrique de chroniques littéraires. Je lis énormément de livres, j’en ai toujours 3 ou 4 en cours de lecture. 

Je commence cette nouvelle section avec La Cérémonie du Thé de MORISHITA Noriko chez l’éditeur Marabout.

Le livre publié chez Marabout

1- L’objet

Le livre est très joli.  Je l’ai acheté au format broché 14×21. Il n’existe pas encore en poche, mais vous avez une version Kindle de disponible.

Ce livre n’est pas un coup d’essai de MORISHITA Noriko. Journaliste de formation, elle a déjà écrit un premier roman sur sa vie de chroniqueuse.

MORISHITA Noriko


Son livre “La cérémonie du thé” est son 2e livre, qui a même été adapté au cinéma sous le nom “Dans un jardin qu’on dirait éternel”. Il sort le 26 août 2020 en France !

La 4e de couverture présente le livre comme un manuel de bien être, avec la cérémonie du thé comme élément fédérateur.

La 4e de couverture

Personnellement, je trouve ce descriptif un peu trompeur. Explications.

2- Le sommaire

Le livre est composé de 15 chapitres : un par leçons découvertes par l’auteure lors de ses années d’apprentissage de la cérémonie du thé.

Malgré ce découpage, nous sommes en faite très loin du livre sur le bien être, malgré son sous-titre “Ou comment apprendre à vivre le moment présent”. Ce n’est pas non plus un livre décrivant la cérémonie du thé ?!

Exemple de chapitres

3- Ma critique

Un bel ouvrage sur la cérémonie du thé, évidemment que je vais le lire ! Surtout si la 4e de couverture laisse entrevoir quelques conseils zen.

Et bien déception ! Je trouve que le choix du titre français et la 4e de couverture ne reflète absolument pas le contenu du livre. En effet, le titre japonais est “Nichinichi kore kôjitsu”, ou en français : “Chaque jour est un bon jour”.

Il s’agit d’un célèbre kôan (énigme posée par un maître à ces élèves pour leur apprentissage du Zen, principalement dans l’école Rinzai). L’auteure voit cette calligraphie pendant un de ses cours. Ce serait un peu un équivalent de notre “Carpe Diem”. Point de cérémonie du thé donc dans le titre original. Ce livre est plutôt un roman autobiographique.

Nous suivons la jeune Noriko, étudiante qui ne sait pas trop ce qu’elle va faire de sa vie. En discutant avec sa mère, elle décide sur un coup de tête de s’inscrire à un cours de cérémonie du thé, ou Chadô, avec sa cousine. Elle suivra alors les cours donnés par une connaissance de sa mère, et qu’elle appelle affectueusement Tatie Takeda. Noriko est complètement perdue lors des cours et trouve qu’elle perd son temps à apprendre des “trucs de vieux”. Elle ne le sait pas encore, mais ces séances chez Tatie Takeda vont être comme une bouée de sauvetage, pour l’aider dans les moments difficiles.

Voici donc une autobiographie qui expose surtout l’importance qu’ont eu ces cours de Chadô pour l’auteure. Nous y retrouvons des termes sur la cérémonie du thé et un petit lexique en fin d’ouvrage, mais pas de présentations très poussées. A part quelques photos au centre du livre, j’étais un peu déçue du peu de contenu sur la cérémonie en elle-même.

Quant au côté “bien être”, c’est plus l’ambiance générale du livre qui offre de la détente, mais absolument pas une liste de conseils pour savourer le moment présent. A part peut-être vous mettre vous aussi à la cérémonie du thé ?

Attention, je ne dis pas que ce livre n’est pas intéressant. Au contraire. J’ai trouvé le livre très agréable à lire et je l’ai terminé très vite. J’ai aimé suivre la jeune Noriko dans ces doutes, son incompréhension face à ce rituel si complexe, son excitation face à son premier “festival” du thé ou son stress le jour où elle est désignée maître de cérémonie.

Bref, si vous cherchez un livre vous détaillant la cérémonie du thé ou des conseils pour mettre un peu de zen dans votre vie, passez votre chemin. Si au contraire vous cherchez un roman agréable à lire pendant les vacances, et qui va vous permettre de vous évader, ce livre est fait pour vous !

En tout cas, cela m’a donnée envie de voir le film, dont je vous mets la bande-annonce.

Titre : La Cérémonie du Thé – Ou comment j’ai appris à vivre le moment présent –

Auteur : MORISHITA Noriko

Éditeur : Marabout

Titre VO : Nichinichi kore kôjitsu (日日 是 好日)

Prix : 19.90€ Broché / 14.99€ Kindle


Bonne lecture !

Les magazines spécialisés sur le Japon

Les livres sont indispensables pour continuer à s’instruire sur le Japon. Mais aujourd’hui, on peut tirer son épingle du jeu avec des Mook (Magazine/Book) et autres magazines spécialisés. Que vous aimiez la sociologie, l’art, la théologie, ou si vous êtes fan d’anime et de manga, il y en a pour tous les goûts.

Petit tour d’horizon de mes publications préférées !

1- Tempura

Le 2e numéro de Tempura

Nouvelle revue trimestrielle, Tempura est le résultat d’une campagne de financement participatif sur Kisskissbankbank. On peut même parler de Mook vu la qualité de l’impression et son nombre imposant de pages : plus de 150 !

Le premier numéro est sorti peu avant le confinement, mais quel numéro ! Ce que j’apprécie particulièrement sur cette revue, c’est qu’on est à 1000 lieux de la brochure touristique. Point de geisha, manga ou de Mont Fuji. Non. Tempura, ce sont des sujets pointus sur la société japonaise, et qui aborde même ses facettes les plus sombres.

Quelques thèmes abordés dans le 1er numéro :

  • les love hotels,
  • l’individualité dans la société japonaise,
  • les konkatsu ou speed-dating pour se marier,
  • le “bien mourir” au Japon,
  • portrait de Gengorô Tagame, mangaka spécialisé dans l’homoérotisme,
  • le joshi puroresu ou le catch féminin nippon !


Le 2e numéro est sorti en juin et traite de sujets tous aussi passionnants. Thème de ce numéro 2 : Le Japon au travail !

Bref, un magazine très pointu et indépendant que je conseille aux fans du Japon qui souhaitent découvrir ce pays, au delà de la carte postale.

Fréquence : trimestrielle
Prix: 15€

Page KissKissBankBank de Tempura
Site Web Tempura Mag

2- Koko

Le premier numéro de Koko sur le Street Art


Koko c’est le projet un peu fou, dont je suis totalement fan ! Il s’agit également d’un Mook lancé via un financement participatif, mais sur Kickstarter cette fois-ci. L’idée de la revue Koko ? Faire un thème par numéro, avec un comparatif France-Japon, le tout entièrement en version bilingue français-japonais !
C’est l’idéal pour varier ses lectures en japonais. Le premier numéro vient de sortir et traite du street art. J’aime aussi beaucoup leur section conseils lecture et ciné.

Attention cependant, il n’y a pas de fiches de vocabulaire associées ou de furigana. Il faut donc déjà avoir un certain niveau pour apprécier la partie japonaise.

Pour les plus jeunes ou les débutants en japonais, le carnet Ptit Koko

Heureusement, la revue Koko contient un bonus : P’tit Koko ! Il s’agit d’un livret illustré détachable pour les enfants (ou pas 😉). Il contient une histoire avec Koko la raie-manta bleue, sur le thème de la revue principale. Le tout est également en version bilingue, mais avec furigana et fiches de vocabulaire. Une super idée pour initier vos enfants ou pour les débutants.

On me dit que le numéro 2 sera consacrée à la gastronomie. J’ai hâte !

Fréquence : Trimestrielle
Prix: 15€

Page Kickstarter Revue Koko
Site Web Revue Koko

3- Animeland

Le dernier numéro d’Animeland avec un dossier sur Ghost in the Shell

Depuis tout ce temps, je ne vous ai toujours pas parlé d’une revue que je lis depuis presque 25 ans ! Il s’agit de la revue Animeland. Ce n’est pas un magazine dédié à la culture japonaise, mais à l’animation. Et les animés japonais y sont très largement representés.

Animeland a commencé comme un fanzine dans les années 90. Pas d’internet ou de financement participatif à l’époque. Je me souviens des rumeurs en conventions sur le fait que c’était LE magazine à lire pour connaître toutes les sorties japonaises.

Lorsque je l’ai trouvé pour la première fois en kiosque, le n°24 de juillet/août 1996, j’avais l’impression d’avoir trouvé le Saint Graal ! Et effectivement cette publication est un incontournable pour tout fan d’animation japonaise. Ultra complet, suivant les sorties en France et au Japon, le magazine a étendu ses articles aux productions de tout pays, pas seulement le Japon.

J’ai été abonnée pendant plusieurs années. Puis l’équipe éditoriale a changé et je ne me sentais plus être le public cible. Mais oh surprise ! Une nouvelle équipe rédactionnelle vient d’arriver, et commence très fort avec un dossier très fourni sur Ghost in the Shell de Shirow Masamune. Et si vous en voulez plus, le magazine à lancer Animeland X-Tra pour des dossiers thématiques et des posters en cadeau.

Fréquence : Trimestrielle
Prix : 12.50€

Site Animeland


4-Atom アトム

Le n°14 fait un focus sur Vinland Saga


Atom est une revue un peu du même type qu’Animeland. Elle traite de manga, mais la ligne éditoriale y est totalement différente.

Le magazine a choisi un ton très adulte et haut de gamme. Le manga y est abordé comme un art à part entière, et non comme un sous-genre qui ne s’adresse qu’à des otaku. La revue n’hésite pas à faire des ponts avec d’autres domaines comme le cinéma ou la littérature.

J’aime moins le ton de cette revue, mais la qualité de ses articles fait que je l’achète régulièrement. Je la conseille à un public plus “expert”. Le dernier numéro s’attarde sur l’auteur du manga Vinland Saga : Yukimura Makoto

Fréquence : Trimestrielle
Prix: 10€

Page Facebook d’Atom


5-Koï

Le nouveau numéro de Koï sur la spiritualité


On termine cette sélection de magazines avec Koï. Cette revue n’est pas spécifique au Japon, car elle présente des articles sur toute l’Asie.

Le dernier numéro parle des religions pratiquées sur les communautés asiatiques installées en France, dont le bouddhisme et le shintoïsme. Il propose également un article sur la préfecture de Mie, au Japon.  A lire pour élargir votre horizon, au delà du Japon.

Fréquence : Bimestrielle
Prix : 5.90€

Site du magazine Koï

Bonne lecture !