Les 5 erreurs que je ne referai pas lors de mon prochain voyage au Japon

Et bien voilà, c’est réservé, nous repartons au Japon dans moins de 3 semaines. Notre premier voyage à Tôkyô avait été une expérience incroyable. Vous pouvez revoir notre périple à partir d’ici. Mais nous avons aussi connu quelques déconvenues. Pour encore plus profiter de notre prochain séjour, voici les 5 erreurs que je ne referai pas !

affiche-news-lost-in-translation

1- Arriver tôt le matin au Japon

Lors de notre premier voyage, nous avions trouvé un très bon tarif avec Air France en vol direct. Nous étions arrivés à 8h00 du matin à Narita. Le temps de récupérer les valises, la carte SIM pour le téléphone, de prendre nos billets pour le Narita Express, nous étions arrivés vers 11h00 à la gare centrale de Tôkyô. Nous nous sommes ensuite perdus pour trouver l’hôtel…après 12 heures d’avion, le décalage horaire, et le poids des valises, je vous laisse imaginer. Nous arrivons enfin à l’hôtel vers 14h00, mais la chambre n’était pas disponible avant 15h00 !

Nous avons dû encore attendre pour enfin se coucher et  récupérer du voyage. Cette fois-ci, nous avons choisi un horaire pour arriver beaucoup plus tard, notre avion arrivera à 15h00 au Japon.

2- Emmener une liste d’adresses à tester sans avoir de plan détaillé

Il y avait plusieurs adresses à Tôkyô que je voulais tester. Mais se diriger au Japon est un cauchemar !! Je n’avais que les adresses, et même avec le Trip Advisor local chargé sur le téléphone, je n’ai jamais réussi à trouver certains lieux!

Pour ne plus louper une bonne adresse, j’ai pris l’adresse exacte avec le nom du building, la station la plus proche, le nom des grandes enseignes autour du lieu, l’étage (très important!) et j’ai sauvegardé les plans sur mobile !

3- Ne compter que sur sa carte bleue internationale sur place

Ayant une carte internationale, je ne m’étais pas souciée d’avoir systématiquement du cash sur moi. Nous retirions un peu de liquide le matin dans notre combini de quartier (les distributeurs des combini 7/11 acceptent les cartes étrangères). Mais lorsque nous sommes allés au complexe de la Tôkyô Sky Tree, cette tour et son centre commercial inaugurés en 2013 ont été un piège. C’était récent, et un lieu très touristique…et pourtant ! Aucun des distributeurs du complexe n’a accepté notre carte internationale! Heureusement, la majorité des enseignes ont acceptés la carte, mais pas sous un certain montant. Nous avons eu le même problème au Parc Yoyogi et dans la quartier d’Asakusa qui sont pourtant très fréquentés par les touristes étrangers.

Comptez 500€ de liquide par semaine pour être tranquille. Le Japon est un pays qui aime payer en liquide, et beaucoup de distributeurs ne reconnaissent pas les cartes étrangères.

4- Ne pas connaître les chaînes de restaurants végétariens

Etant végétarienne, commander dans les restaurants a été assez sportif, malgré mon japonais. J’ai été sauvée par la chaîne de combini Natural Lawson, un équivalent de nos Naturalia.

Si vous avez des contraintes alimentaires ou des allergies, renseignez-vous sur les grandes chaînes où vous pouvez trouver facilement certains plats répondant à vos contraintes. Au Japon, les restaurants sont souvent mono-produits : que poulet, que porc, que rāmen… ce n’est pas comme en France où l’on peut trouver un peu de tout, dont au moins un plat végétarien.

J’en ai également profité pour acheter un dictionnaire de l’alimentation pour m’y retrouver plus facilement (en anglais-japonais kana et kanji compris) disponible ci-dessous:

A Dictionary of Japanese Food

5- Espérer dormir dans l’avion

Je n’ai jamais réussi à dormir dans un avion. J’avais suivi à la lettre la liste de conseils que j’avais déjà détaillés ici pour bien gérer le jet-lag. Malgré une grosse nuit de sommeil, je suis arrivée épuisée à Tôkyô  et j’ai à peine dormi lors du voyage.

Je compte donc faire une sieste AVANT de prendre l’avion. Arrivant plus tard également, j’espère pouvoir me coucher beaucoup plus tôt pour me caler plus vite sur l’horaire japonais.

Voilà ma liste d’erreurs à ne plus refaire ! Et vous ? Quelles erreurs n’allez-vous plus commettre si vous repartez au Japon ?

Matcha-et-Sakura

Bonjour à tous. Je m'appelle Sabine et ma passion du Japon a commencé en juillet 1993. Cela fait déjà 5 ans que j'étudie le japonais. J'ai créé ce blog pour vous faire partager mes bons plans, majoritairement sur Paris, étant parisienne pur jus, ainsi que pour répondre à toutes les questions que vous pouvez vous poser sur le Japon. Bonne lecture!

5 thoughts to “Les 5 erreurs que je ne referai pas lors de mon prochain voyage au Japon”

  1. Pour le point 2, le plus important reste selon moi d’utiliser la technologie à savoir un téléphone équipé d’une carte SIM local avec de la Data dessus.
    Et pour toutes les adresses, ne pas s’amuser avec des plans sauvegardés mais utiliser la fonction d’étoilage des adresses dans Google Maps.
    Ensuite, on n’a plus qu’à se laisser guider par la bousole numérique quand on est dans les parages.
    Petit cours pratique possible en live. ^^

  2. 1)Aussi prévoir que les bagages seront perdus/égarés par les bagagistes de Charles de Gaulle, et avoir deux trois rechanges dans un sac à prendre avec soi en avion.. Ca m’a aidé trois fois. Une fois avec British Airways, qui m’a donné un peu d’argent et a fait livré mes bagages 3 jours après, et deux fois avec Air France, qui a pris 3-4 jours et plus longtemps pour rembourser de quoi survivre..
    2)Concernant la CB…ma carte Caisse d Epargne marchait mieux que HSBC ou Tokyo Mitsubishi !! ma carte francaise a été mieux reconnue que ma carte japonaise…la techno laisse encore à désirer pour les CBs, mêmes locales…

    1. On croise les doigts pour le suivi des bagages, nous avons une correspondance à Francfort cette fois-ci ! Nous avions des carte visa de Boursorama (groupe Société Générale). Ca passait quasiment partout. On prévoit de faire plus de change cette fois-ci quand même.

  3. Tout à fait d’accord avec tout ça.

    J’ai des expériences similaires sur les points 1 et 5 déjà,après un voyage organisé avec l’arrivée le matin du coup pas de problème d’hôtel mais bon enchaîné 12 h de vol plus la première journée de visite sans oublier qu’il y avait escale à Londres. Depuis chaque fois que je me suis rendu en Chine ou au Japon je prends systématiquement le vol de nuit au départ de Paris vers 23H, ça permet d’arriver en fin de journée, du coup pas de problème d’hôtel et sans avoir dormi dans l’avion facile de prendre le rythme 🙂

    Côté carte je me susi débrouilél sur mon dernier voyage, d’abord avec des plans google maps précis que j’ai bien préparé, et puis avec aussi Tokyo City Atlas: A Bilingual Guide qui m’a bien aidé et qui est intéressant surtout à Tokyo avec les stations telle que Shinjuku et leurs nombres de sorties ahurissant 🙂

    Je n’ai pas eu le soucis de la carte bleue que je n’ai jamais utilisé que pour régler les hôtels réservés par ce moyen. Pour le reste le liquide avec effectivement la prévision de ce qui serait nécessaire.

    Ma plus grande découverte je crois pour organisé un voyage au japon reste Hyperdia ( http://www.hyperdia.com/en/ ) un rêve poru organisé ses trajets de stations à stations y compris entre des villes différentes et même s’il faut prendre l’avion ou le bateau, avec les options qui vont bien pour limiter au train JR non super express si l’on a le JR Pass par exemple. Grâce à ça j’ai prévu mes trajets très précisément et surtotu pu réserver très facilement les sièges avec la liste des trains 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *